• Kevin Dover-Green

Les Pirates de Pittsburgh doivent s’inspirer des Rays de Tampa Bay

Les vingt dernières années dans la peau d’un partisan des Pirates de Pittsburgh n’ont rien d’enviables. On parle de 1710 matchs perdus par leur équipe de baseball, pour être exact. Comme si ce n’était pas assez honteux, Andrew McCutchen (MVP avec Pittsburgh en 2013), Gerrit Cole et Tyler Glasnow ont tous été échangés pour… presque rien. Et même lorsque l’équipe semblait finalement en voie d’aboutir quelque part, les Pirates ont su une fois de plus briser le cœur fragilisé de leurs partisans (deux fois éliminés au premier tour des éliminatoires entre 2013 et 2015).


Si le passé est encore fraîchement douloureux pour certains, le futur lui, saura peut-être redonner une légère lueur d’espoir à ceux qui ont bravement refusé de baisser les bras sur leur équipe favorite. L’émergence du joueur de troisième but Ke’Bryan Hayes, entre autres, se veut un signe prometteur pour la concession. Les Pirates ont également repêché Nick Gonzales avec la 7e sélection au total au dernier repêchage. Au 18e rang, en 2019, Pittsburgh sélectionnait le lanceur droitier Quinn Priester.



Selon MLB.com, Nick Gonzales, Ke’Bryan Hayes, Oneil Cruz, Quinn Priester et Liover Peguero constituent respectivement le Top 5 des meilleurs espoirs de l’organisation. Fait intéressant, on y retrouve trois joueurs qui évoluent à la position d’arrêt-court parmi le lot (Gonzales, Cruz et Peguero). Nick Gonzales risque de devenir l’homme de confiance au deuxième but, malgré son expérience à la position d’arrêt-court. Pour ce qui est de Ke’Bryan Hayes, le joueur de vingt-trois ans est déjà perçu par plusieurs comme favori pour remporter le titre de recrue de l’année en 2021. En 24 parties en 2020, la nouvelle sensation des Pirates a marqué 17 points en plus d’en produire 11 autres pour les siens, bon pour une moyenne au bâton plus que respectable de .376 à ses débuts dans les majeurs. Il a également totalisé 32 coups sûrs et 5 coups de circuit en 85 présences au bâton. Finalement, le troisième meilleur espoir de l’organisation des Pirates, Oneil Cruz – un colosse de 6'7" et 210 lbs – devrait faire ses débuts avec Pittsburgh dès 2021. Le gérant Derek Shelton assignera possiblement un rôle permanent au champ-centre à Cole Tucker, lui qui évoluait initialement dans l’avant-champ, et Oneil Cruz aura assurément l’opportunité de se faire valoir comme arrêt-court à un certain point la saison prochaine.


Vrai, les Pirates peuvent compter sur un prodigieux bassin de jeunes frappeurs, principalement dans l’avant-champ. Mais qu’en est-il de leur rotation de lanceurs? Outre Mitch Keller, il n’y a pas grand-chose d’intéressant, pour tout dire. Le jeune lanceur de 24 ans n’a par ailleurs accordé aucun coup sûr lors de ses 11 dernières manches qu'il a lancé. Joe Musgrove est toujours leur meilleur partant, mais il écoulera la dernière année à son contrat. Certaines rumeurs voulaient que des équipes du circuit Manfred aient démontré de l’intérêt afin d’acquérir ses services à la date limite des transactions, la saison dernière. Il est très possible que le vétéran soit échangé au même moment, la saison prochaine, à une formation qui aspirera aux grands honneurs. Trevor Williams et Chris Archer, tant qu’à eux, ne seront pas de retour avec l’équipe et en ce qui concerne Jameson Taillon, il ne faut pas avoir trop d’attentes. Au fil des saisons compromises et écourtées par les blessures, Taillon a dû subir deux chirurgies Tommy John, la plus récente survenue l’an dernier. Bref, à court terme du moins, les Pirates vont continuer à perdre beaucoup de matchs de baseball. Leur rotation de lanceurs partants est simplement trop déficiente.


Bien entendu, Pittsburgh compte quelques espoirs à la position de lanceur dans leurs filiales. Du Top 10 de leurs meilleurs espoirs, on y retrouve trois lanceurs : Quinn Priester (4e), Brennan Malone (7e) et Carmen Mlodzinski (8e). Ils sont cependant tous trois prévus pour 2023. Et c’est là que le prochain repêchage de la MLB, à l’été 2021, devient crucial pour la franchise des Pirates de Pittsburgh : ils détiennent le 1er choix au total et ils repêcheront fort probablement l’impressionnant Kumar Rocker du programme de Vanderbilt, où il évolue pour les Commodores. Rocker est perçu comme le choix n°1 de la cuvée 2021 depuis sa saison dominante de 2019 à Vanderbilt, lorsqu'il est devenu une star nationale après un match sans coup sûr et 19 retraits contre Duke dans les Super Regionals de la NCAA. Donc, nécessairement, les Pirates devraient jeter leur dévolu sur lui, n’est-ce pas?



Sur ce point, il y a un argument intéressant à faire en ce sens que certaines équipes se sont reconstruites avec succès autour de jeunes frappeurs d’abord, plutôt que de repêcher des lanceurs prometteurs. Les Astros et les Cubs ont emprunté cette route, par exemple, où ils ont priorisé des joueurs de position avec des choix au repêchage de qualité. Mais il s’agit là d’équipes de plus grand marché qui pouvaient se permettre de compléter leurs rotations en octroyant de lucratifs contrats sur le marché des joueurs autonomes. On pense à des joueurs comme Jon Lester et Yu Darvish, Justin Verlander et Zack Greinke. La réalité des petits marchés comme Pittsburgh et Tampa Bay est bien différente. Les équipes de petits marchés, justement, ne peuvent tout simplement pas attirer les « aces » de ce monde, des partants d’impact, sur le marché des joueurs autonomes. Ils doivent repêcher des partants de première ligne, les signer en tant qu'agents libres internationaux ou les acquérir via transactions. Donc, lorsque les Pirates auront la chance de prononcer le nom de Kumar Rocker le 11 juillet prochain, ils devraient assurément la saisir. Sur ce, les partisans des Pirates peuvent déjà rêver d’une rotation constituée de Kumar Rocker, Quinn Priester et Mitch Keller dans quelques années.


Plus concrètement maintenant, les Pirates doivent s’inspirer des Rays de Tampa Bay. Ces derniers ont récemment accédé à la Série mondiale (perdue aux mains des Dodgers) malgré un compte total de 28,3 millions $ sur la masse salariale. À titre comparatif, Gerrit Cole des Yankees a empoché 36 millions $ à lui seul en 2020. Les Rays ont été assemblés par toutes sortes de méthodes distinctes. Aucune équipe n'est construite exclusivement par le repêchage, les transactions ou les joueurs autonomes. Les équipes qui réussissent acquièrent des talents par toutes les voies disponibles. Les Rays ont réalisé quelques transactions clés, ils ont su bien repêcher en dehors du premier tour et ils ont fait quelques signatures peu coûteuses sur le marché des joueurs autonomes. Les Pirates doivent suivre ce modèle et espérer être compétitifs vers 2023 et 2024. La plupart de leurs jeunes prodiges seront des majeurs, Ke’Bryan Hayes, Nick Gonzales et Kumar Rocker seront des stars dans la ligue et les Pirates devront espérer pouvoir profiter de l’autonomie qu’ils auront sur ces joueurs pendant que ce sera le temps. D’ici là, l’organisation devraient chercher à échanger des joueurs établis comme Josh Bell, Colin Moran et Joe Musgrove et optimiser leur banque d’espoirs pour les années à venir.

Posts récents

Voir tout