• Vincent Filteau

Que faire de Jimmy Garoppolo?

En coulisses, la transaction se tramait depuis déjà quelques semaines. Ce n’était pas un secret pour personne : les 49ers tentaient activement de se hisser dans le Top-5 du repêchage pour sélectionner leur quart-arrière de franchise. Pourtant, les informateurs les plus réputés, que ce soit Adam Schefter ou Ian Rapoport, se sont fait discrets à ce sujet, bien qu’ils étaient au courant des tractations sous le manteau qui se déroulaient entre les 49ers, les Jets et les Dolphins. Pour les Niners, tout était une question protéger leur rapport de force dans les négociations – et empêcher de se faire couper l’herbe sous le pied par une autre organisation. Ils ont finalement conclu une transaction avec les Dolphins pour le troisième choix total. En retour, les 49ers cèdent leur choix de première ronde en 2021 (12e au total), en 2022 et 2023 – et un choix de troisième ronde compensatoire en 2022.


Adam Schefter révélait hier que les 49ers ont d’abord tenté d’acquérir le premier choix des Jets (2e total). De toute évidence, Kyle Shanahan et John Lynch convoitent Zach Wilson (BYU), mais le refus catégorique des Jets de transiger avec eux indique probablement que l’ère Sam Darnold est sous le point de prendre fin. À moins que les Jets souhaitent faire monter les enchères (ce qui serait fort surprenant), Zach Wilson sera leur prochain quart-arrière. On peut certainement comprendre leur intention. Si Trevor Lawrence n’appartenait pas à la cuvée 2021, Wilson serait assurément le premier choix total de ce repêchage. Son jeu de pieds exceptionnel lui permettra de connaître une transition rapide dans les rangs professionnels et sa capacité à distribuer le ballon en profondeur en débordant de la pochette est un attrait majeur pour n’importe quelle organisation dans la NFL des années 2020, celle de Patrick Mahomes. Avec l’arrivée des 49ers dans le Top-3, on peut donc s’attendre réalistement à voir quatre quarts-arrière repêchés consécutivement cette année.


Si les 49ers repêchent Zach Wilson, Justin Fields ou Mac Jones, il n’est pas impossible qu’un quart-arrière recrue amorce la saison 2021 comme partant à San Francisco. De ce fait, Jimmy Garoppolo se retrouverait avec une autre organisation. Or, les 49ers ont réitéré sur toutes les tribunes qu’ils ont l’intention de disputer l’entièreté de la saison 2021 avec Garoppolo à titre de partant. À leurs yeux (et ils ont raison), Garoppolo représente le quart-arrière de transition idéal pour cette équipe possédant déjà un potentiel de participer aux éliminatoires. Même si les 49ers se tournaient vers Trey Lance (considéré comme le diamant brut à polir de cette cuvée), ce dernier gagnerait à apprendre de l’un des meilleurs gérant de match de la NFL. En principe, ce plan de transition des 49ers est à faire rêver n’importe quelle équipe se retrouvant dans une situation semblable. Le problème est le suivant : Jimmy Garoppolo n’a que 29 ans, il est encore dans son prime. Pourquoi voudrait-il jouer ce rôle pour les 49ers, qui viennent de le désavouer publiquement en se hissant jusqu’au troisième rang pour repêcher leur prochain quart-arrière?


Il faut s’attendre à ce que Don Yee, l’agent de Garoppolo, fasse tout en son pouvoir pour forcer une transaction permettant à son client de se retrouver dans le giron d’une équipe qui veut en faire son véritable quart-arrière de franchise. Yee devra cependant convaincre ces organisations que la fragilité de Garoppolo sera chose du passé. Son client n’a disputé qu’une seule saison complète depuis son arrivée dans la NFL. C’est aussi un argument qui risque de faire chuter la valeur de Garoppolo dans une éventuelle négociation pour les 49ers. Peut-être John Lynch souhaite-il attendre jusqu’à l’année prochaine avant d’échanger Garoppolo, puisque la cuvée de quart-arrière des rangs universitaires s’annonce ordinaire. Il pourrait tirer profit de cette pauvre récolte et du désespoir des équipes à la recherche d’un quart-arrière. Ce jeu de patience représente un risque considérable : prendre la chance que Garoppolo se blesse à nouveau et que les 49ers soient forcés de le retrancher en 2022.


À l’autre bout du pays, en Nouvelle-Angleterre, un homme est bien au courant de tous les risques qu’impliquent de garder Jimmy Garoppolo à San Francisco pour une saison de plus. Bill Belichick tentera assurément de tirer son épingle du jeu et de convaincre son ami Kyle Shanahan (le véritable cerveau de l’opération chez 49ers) d’échanger Garoppolo avant qu’il ne soit trop tard. De son côté, Belichick n’a rien à perdre : soit il transige pour Garoppolo, soit il dispute la saison 2021 avec Cam Newton comme quart-arrière partant des Patriots. Belichick vient de bâtir une attaque potable par la voie du marché des joueurs autonomes. Il n’est plus en position de faiblesse devant les 49ers, qui l’ont éconduit au téléphone depuis le début de la saison morte, comme l’a raconté Greg A. Bedard du Boston Sports Journal dans l’une de ses chroniques récemment. Kyle Shanahan n’a pas été aussi chaleureux qu’à l’habitude avec le vieil ami de son père, prenant souvent des jours avant de le rappeler, tout en se montrant évasif au téléphone.


À présent, Belichick n’appelle plus les mains vides. Il peut se permettre de manipuler un peu son homologue, se faire insistant, s’il le veut. Aussi médiocre soit-il comme passeur, Cam Newton connaîtra assurément une meilleure saison avec Hunter Henry, Jonu Smith, Nelson Agholor et Kendrick Bourne à sa disposition. Le rapport de force s'est inversé. Ce sont maintenant les 49ers qui risquent de tout perdre, si Garoppolo se blesse encore pour une période prolongée en 2021. Cela dit, les Patriots n'auraient pas le champ libre si Garoppolo devenait véritablement disponible pour une transaction, puisque les Bears de Chicago ont déjà manifesté un intérêt sincère à l'endroit du quart-arrière des 49ers, un natif de l'Illinois. Les Patriots représentent toutefois la destination la plus intéressante pour Garoppolo, qui dispose d'une clause de non-échange. Il peut organiser sa sortie, choisir où il poursuivra sa carrière.


Pour Belichick, des retrouvailles avec Jimmy Garoppolo représentent le scénario idéal. Après la victoire de Tom Brady au Super Bowl LV, dès sa première saison avec les Buccaneers, Belichick obtiendrait sa chance de remporter un Super Bowl avec le successeur de Brady qu’il avait désigné en 2014. Nous connaissons la suite de l’histoire : Brady a défié les lois naturelles du temps, il a remporté 3 Super Bowls de plus pour les Patriots après la sélection de Garoppolo (Super Bowl 49, 51, 53) – et Robert Kraft a forcé Belichick à échanger Garoppolo en 2017. Les Buccaneers seront de passage à Foxborough en 2021, à titre de champions du monde, et les battre avec Jimmy Garoppolo constituerait une étape importante dans le nivellement de la rivalité Brady vs Belichick, si une telle chose est possible. Pour le moment, Brady est loin devant. Avec un Jimmy Garoppolo en santé, et cette édition renouvelée des Patriots, le vent pourrait peut-être tourner en leur faveur, du moins c’est ce qu’espèrent Bill Belichick et Robert Kraft.



Posts récents

Voir tout